TRANSLATE CLEARLY 

250 The East Mall. PO Box 36552 Toronto. M9B 3Y0 Ontario

info@translateclearly.com

+1 647 703-5959

La langue française est-elle sexiste?

12/06/2022

La langue française est-elle sexiste?


Ainsi, dans sa recommandation R-90-4 du 21 février 1990, le Comité des ministres du Conseil de l’Europe a reconnu que « le sexisme dont est empreint le langage en usage dans la plupart des États membres – qui fait prévaloir le masculin sur le féminin - constitue une entrave au processus de l’égalité des femmes et des hommes du fait qu’il occulte l’existence des femmes qui sont la moitié de l’humanité, et qu’il nie l’égalité de la femme et de l’homme ».


Rappelons que l’ancien français était plus égalitaire au Moyen Âge :

•    la sociĂ©tĂ© fĂ©odale ne limitant pas l’accès des femmes Ă  la vie publique, de nombreux mĂ©tiers Ă©taient fĂ©minisĂ©s (p.ex. « poĂ©tesse », « mairesse ») ;
•    l’accord de proximitĂ© permettait Ă  l’adjectif de s’accorder avec le nom le plus proche. Ainsi, l’adjectif « bleu » Ă©tait au fĂ©minin dans la phrase « les camions et voitures bleues sont Ă  vendre ».


Au XVIIe siècle, l’interdiction pour les femmes d’exercer certaines fonctions se rĂ©percute sur la langue et des emplois fĂ©minisĂ©s sont supprimĂ©s du dictionnaire ou relĂ©guĂ©s au second plan : « ambassadrice » ne dĂ©finit plus le poste d’ambassadeur occupĂ© par une femme mais bien l’épouse de l’ambassadeur. L’AcadĂ©mie française, crĂ©Ă©e en 1634, est mĂŞme allĂ©e plus loin en supprimant l’accord de proximitĂ© au profit de la règle grammaticale selon laquelle le masculin l’emporte sur le fĂ©minin. 


De grands changements s’opèrent cependant depuis les années 70, sous l’impulsion d’une société qui se veut plus égalitaire. Les noms des professions se sont féminisés et le recours à l’écriture épicène et aux doublets est vivement recommandé dans les communications écrites. Le point médian évince peu à peu la parenthèse dans les doublets abrégés et nous rappelle qu’un genre ne devrait pas être mis entre parenthèse au détriment de l’autre. Ainsi, « magicien·ne » l’emporte peu à peu sur « magicien(ne) ».


Bien que récemment proposé en France par le Haut Conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes (guide pratique de 2022), l’accord de proximité reste marginal. Au Canada, l’office québécois de la langue française reconnaît qu’il « n’est pas incorrect grammaticalement » mais il ne l’encourage pas compte-tenu du risque de « confusion » (dans notre exemple ci-dessus, on pourrait croire que l'adjectif « bleues » ne concerne que les voitures et non les camions).


Cependant, force est de constater que la langue française est en effervescence, comme en tĂ©moignage l’entrĂ©e du pronom personnel non-binaire « iel » dans le dictionnaire  Petit Robert en ligne. Les dĂ©bats se poursuivent et il y a fort Ă  parier que la grammaire française s’éloigne encore de celle apprise sur les bancs de l’école il y a encore quelques dĂ©cennies. 

Le rĂ´le remarquable des logiciels et applications de traduction

02/17/2021

Le rĂ´le remarquable des logiciels et applications de traduction

Certes, ces outils de traduction ne sont pas en mesure d'offrir des traductions de grande qualité et présentent bien des limites, notamment en matière :

•    d'exactitude (p.ex. le contexte n'est souvent pas pris en considĂ©ration) ;
•    d’uniformitĂ© (la terminologie, le ton et le style sont diffĂ©rents de part et d'autre du texte) ; 
•    d’adaptation (les particularitĂ©s du public visĂ© ne sont pas prises en compte).

C'est pourquoi, miser uniquement sur des logiciels et des applications de traduction pour transmettre vos messages à vos clients, peut vraiment mettre votre réputation et projets en danger.

 

Cependant, il convient de souligner leur rôle important dans la préservation des langues et la diversité culturelle. L'Organisation des Nations Unies estime que 43 % des 6 000 langues parlées dans le monde sont menacées par l’effet de mondialisation. Or, lorsqu'une langue s'éteint, c'est tout un patrimoine culturel et intellectuel qui disparaît avec elle. Les logiciels et les applications de traduction sont d'un grand secours pour apprendre, pratiquer et mieux comprendre une langue étrangère. Récemment, l'inuktitut a été ajouté à un logiciel de traduction. Parlée par environ 400 000 personnes au Canada (en particulier au Nunavut), cette langue inuite peut désormais être traduite à partir de 70 langues et inversement.


Une belle avancée qui fait de cette Journée internationale de la langue maternelle (21 février) un jour vraiment pas comme les autres !

Qui décide qu’un mot nouveau tel que Covid-19 sera un nom féminin ou masculin en français ?

01/18/2021

Qui décide qu’un mot nouveau tel que Covid-19 sera un nom féminin ou masculin en français ?

Pendant des siècles, l’Académie de la Langue Française à Paris, fondée en 1634, a été la seule autorité officielle en matière d’usage, de grammaire et de vocabulaire de la langue française. Depuis, la langue française s’est répandue un peu partout dans le monde et d’autres institutions ont vu le jour telles que le Bureau de la traduction au sein du gouvernement du Canada, en 1934, et l’Office québécois de la langue française (OQLF) en 1961.
Le genre choisi pour « COVID-19 » est un bon exemple du professionnalisme et de la notoriété acquis par ces deux institutions au fil des années.
En mai 2020, alors que le masculin (« le Covid ») l’emporte jusqu’alors en France (dans les mĂ©dias et les conversations), l’AcadĂ©mie de la Langue Française, s’est ralliĂ©e Ă  la dĂ©cision du Bureau de la Traduction et de l’OQLF. Elle reprend le mĂŞme argument, Ă  savoir que « COVID » est l’acronyme de « Corona Virus Disease ». Maladie (disease) Ă©tant un nom fĂ©minin en français (« la maladie »), alors « COVID-19 » ne peut plus ĂŞtre employĂ© au masculin.